samedi 15 février 2020

Kuku paka (curry de poulet kenyan au lait de coco)


Une belle petite recette trouvée dans l'Illustrated Food and Cooking of Africa and Middle East.  Je m'en suis inspirée, en fait, car j'y ai ajouté des ingrédients trouvés dans d'autres recettes de kuku paka, sur le net.  Malgré le piment, c'est relativement doux, comme saveur et ça m'a fait un peu penser à la cuisine des îles.  Nous avons tous beaucoup aimé.


Pour 4 personnes:

- 4 cuisses de poulet entières*
- 2. c. à soupe d'huile végétale ou d'huile de coco
- 1 gros oignon, coupé en quatre, puis tranché
- 3-4 gousses d'ail, hachées
- 1 piment chili, vert ou rouge, détaillé en fins anneaux
- 1 cube de gingembre de 2 cm, râpé
- 2 c. à thé (cc) de cari de Madras (s'assurer d'utiliser une bonne qualité)
- ¼ de c. à thé comble de curcuma
- 5-6 tomates italiennes bien mûres, en dés (à défaut, utiliser des tomate italiennes en conserve)
- 2 c. à soupe de jus de citron (ou de lime)
- 1 boîte de 400ml de lait de coco
- 2-3 c. à soupe de coriandre hachée + la même quantité pour garnir
- Sel, poivre finement moulu


*On peut aussi utiliser de la poitrine.


Séparer les pilons des hauts de cuisse et retirer la peau.  Réserver.

Dans une grande sauteuse, faire revenir quelques minutes, dans l'huile, l'oignon, l'ail, le piment et le gingembre.

Ajouter la poudre de cari et le curcuma et bien remuer.

Ajouter le poulet et faire revenir sur toutes ses faces.

Ajouter les tomates et le jus de citron, bien mélanger.

Ajouter le lait de coco et la coriandre, saler et poivrer.

Laisser mijoter à feu relativement doux environ 45 minutes (ou plus si les hauts de cuisse sont bien dodus).

Garnir de coriandre fraîche, servir sur un riz basmati aromatisé au gingembre et accompagner de légumes verts.


Vous avez essayé cette recette?  Faites-moi part de votre appréciation!

jeudi 13 février 2020

Pâtes aux rapini (pasta e rapini)



De toutes les recettes de pâtes que je fais, voici celle que je préfère par-dessus tout.  Je ne peux d'ailleurs jamais m'empêcher d'en prendre une deuxième portion, moi qui professe un amour immodéré pour le rapini, ce brocoli amer tant apprécié des Italiens.  Ma mère en cuisinait régulièrement, à la maison, et ce plat fait partie du "comfort food" de mon enfance.

Pour 4 personnes:

- 2 grosses bottes de rapini
- Environ 375 grammes de spaghettini, coupés en tronçons de 2cm
- Environ 500 ou 600 ml de sauce bolognaise de votre choix (ou de sauce marinara si vous suivez un régime végétarien)
- Tabasco ou piment séché au goût.  Ou, mieux encore, faire revenir quelques piments forts, longs, dans l'huile d'olive (coupés en deux sur le sens de la longueur et épépinés) et en garnir votre plat de pâtes au moment de servir.




Équeuter les rapini et retirer les feuilles jaunies ou abîmées.  Couper les tiges en deux ou trois sections.  Bien laver et égoutter. 

Réchauffer la sauce.

Dans une grande marmite, déposer les rapini et couvrir d'eau chaude.  Bien saler et amener à ébullition.  

Quand l'eau bout, jeter les spaghettini coupés dans l'eau bouillante et cuire jusqu'à cuisson al dente des pâtes.

Égoutter en prenant soin de laisser au moins un centimètre d'eau de cuisson au fond de la marmite.  Cela est essentiel pour obtenir cette texture "potage" propre aux plats campagnards italiens. 

Remettre les pâtes dans la marmite et verser toute la sauce dessus.  Bien remuer et servir immédiatement en garnissant de piments ou de sauce Tabasco.  Il est important de servir aussitôt pour avoir une belle texture de sauce, car si les pâtes reposent trop longtemps, elles boiront l'eau de la sauce et le mélange deviendra plus sec.  Ce qui ne vous empêche évidemment pas de garder les restes pour le lendemain, si vous le souhaitez, mais la texture sera quelque peu différente.

Vous avez essayé cette recette?  Faites-moi part de votre appréciation!





dimanche 9 février 2020

Bhaji de pommes de terre à l'aneth (shepu bhaji)


L'aneth est certainement l'une des fines herbes que j'apprécie le plus; sur le poisson, en soupe, dans les chaussons à la viande, sur les légumes... Si je pouvais, j'en ferais des gâteaux.  Il est toutefois rarement utilisé en cuisine indienne et, quand j'ai vu cette recette, j'y ai vu une belle façon de réunir deux types de saveurs que j'affectionne particulièrement.  Ces pommes de terre sont très "addictives" et je ne vous cacherai pas que je me suis resservie à deux reprises.  Si vous aimez l'aneth autant que moi, vous allez adorer.


- 4-5 pommes de terre moyennes, coupées en cubes de 2cm (environ ¾ de pouce)
- 3 gousses d'ail, finement hachées
- ¼ de c. à thé (cc) de curcuma
- 1 c. à thé (cc) de graines de moutarde noires
- ½ c. à thé (cc) de flocons de piments forts
- Un petit bouquet d'aneth (une dizaine de branches)
- 2-3 c. à soupe d'huile végétale
- Sel


Faire cuire les cubes de pommes de terre dans l'eau salée jusqu'à ce qu'ils soient al dente (dès qu'ils sont cuits à environ 70%, les retirer du feu).  Les égoutter dans une grande passoire et réserver.

Dans un grand poêlon avec couvercle, faire revenir l'ail dans l'huile, pendant une minute, puis ajouter le curcuma, les graines de moutarde et les flocons de piments.  Faire revenir encore deux minutes.

Ajouter les pommes de terre et les faire sauter afin qu'elles soient bien enrobées de l'huile et des épices.  Ajouter l'aneth, saler et bien mélanger.

Ajouter 2 ou 3 c. à soupe d'eau, puis couvrir et réduire le feu au minimum.  De temps à autre, remuer les pommes de terre et en vérifier la cuisson.  Ne pas trop cuire (comme elles sont déjà presque cuites, elles ne devraient pas mettre trop de temps à cuire complètement).  Servir dès qu'elles sont prêtes.

Ces pommes de terre accompagnent très bien un poisson grillé.  Elles peuvent également être servies avec des rotis (chapatis) pour un repas léger.


Adapté d'une recette de THE FOOD OF INDIA, a journey for food lovers, éditions Whitecap, 2005.


Vous avez essayé cette recette?  Faites-moi part de votre appréciation!



vendredi 7 février 2020

Nems au chou et aux crevettes, cuits au four


Ah, les nems!  On ne peut tout simplement pas leur résister. Et si on a le bonheur de se retrouver devant un plateau rempli de ces petits délices, il est difficile de ne pas se resservir, encore et encore. Mais voilà, s'ils sont frits, comme c'est souvent le cas, les calories s'accumulent vite et le sentiment de culpabilité suit la même courbe.  Pourquoi pas les cuire au four, me suis-je dit?  C'est ce que je vous propose, ici.  Certes, ils n'auront pas tout à fait la même texture, mais perso, je les trouve encore meilleurs ainsi.  Essayez-les, vous allez adorer.


Rendement: entre 35 et 40 nems

- Trois généreuses poignées de chou napa, finement tranché
- 1 oignon moyen, coupé en 4, puis finement tranché
- 2 carottes moyennes, râpées
- 3 gousses d'ail, passées au presse-ail
- 300 grammes de crevettes, grossièrement hachées
- Un généreux bouquet de coriandre, hachée (mettez-en autant que vous le souhaitez)
- Environ 150 grammes de vermicelles de riz
- 3 c. à thé (cc) d'huile de sésame grillé
- 3 c. à soupe de nuoc mam (sauce de poisson)
- Poivre fin, au goût
- Au moins 40 feuilles de riz
- Huile végétale neutre pour la cuisson (j'ai utilisé de l'huile d'avocat)

Pour la sauce à nems:

Je reprends essentiellement les proportions suggérées sur le blogue Invitation aux voyages culinaires , à savoir:

- Une dose de sauce de poisson (nuoc mam)
- Une dose de vinaigre de riz
- Une dose de sucre
- Deux doses d'eau

La "dose", ici, dépend de la quantité que vous souhaitez obtenir.  Ça peut être une c. à soupe ou encore ¼ de tasse (60ml), l'essentiel étant de toujours respecter les proportions.

Chauffer le tout dans une petite casserole, à feu doux, jusqu'à ce que le sucre soit dissous.  Goûter pour rectifier: si vous préférez qu'elle soit un peu plus sucrée, ajoutez un peu de sucre, sinon un peu de vinaigre de riz supplémentaire pour une saveur plus acide.  Perso, je trouve que les proportions sont parfaites et je n'y apporte aucune rectification.  Laisser refroidir complètement avant d'utiliser.

Par la suite, vous pouvez, si vous le souhaitez, personnaliser votre sauce en y ajoutant un peu d'ail haché ou des carottes râpées.  (Comme j'aime beaucoup tout ce qui est épicé, j'y ai ajouté des flocons de piment fort.)




Dans un saladier, faire gonfler les vermicelles de riz dans de l'eau chaude du robinet jusqu'à ce qu'ils soient al dente.  Bien les égoutter et les étaler sur un grand linge à vaisselle, puis recouvrir d'un autre linge.  Les presser légèrement pour les éponger le plus possible.  

Dans un grand saladier, mélanger le chou, les carottes, l'oignon, l'ail, les crevettes, la coriandre, les vermicelles (que vous aurez coupés, aux ciseaux, en tronçons d'un ou deux centimètres), l'huile de sésame, le nuoc mam et le poivre.  Bien mélanger pour s'assurer que l'huile de sésame et le nuoc mam soient bien répartis.

Préchauffer le four à 400F (200C).

Recouvrir une grande plaque de cuisson de papier parchemin.

Remplir d'eau légèrement tiède un autre saladier, assez grand pour que vous puissiez y tremper une feuille de riz sans la casser.  Pour que vos nems prennent une couleur légèrement dorée (puisque vous ne les faites pas frire), vous pouvez ajouter à l'eau, si vous le souhaitez, 1 c. à thé (cc) de sauce soya foncée (ou régulière).

Tremper une feuille de riz dans l'eau jusqu'à ce qu'elle devienne suffisamment souple pour être manipulée sans casser.  (Éviter de la faire tremper jusqu'à ce qu'elle soit complètement ramollie, car cela rendra impossible sa manipulation.)

Transférer la feuille de riz sur une assiette recouverte d'un linge légèrement humide, déposer environ deux ou trois c. à soupe du mélange de légumes et de crevettes sur la partie inférieure, devant vous.  Replier la feuille sur la farce, rabattre ensuite les côtés et rouler le tout jusqu'au bout de la feuille.  Tenir en place quelques secondes pour que le bout de la feuille adhère bien, scellant ainsi votre nem.  Déposer sur le papier parchemin.

Répéter l'opération jusqu'à épuisement de la farce.

Avant d'enfourner, à l'aide d'un pinceau de cuisine, badigeonner légèrement (j'insiste sur le "légèrement") chaque nem d'huile végétale.

Cuire de 15 à 20 minutes et laisser refroidir un peu avant de servir.


Vous avez essayé cette recette?  Faites-moi part de votre appréciation!






dimanche 26 janvier 2020

Poulet kung pao meilleur qu'au resto


Le poulet kung pao est une recette chinoise dont l'équilibre des saveurs doit être parfait pour qu'elle soit réussie.  Grand classique des restos chinois, c'est un plat à la fois sucré, salé, aigre et épicé, caractérisé par la présence d'arachides rôties et de poivre de Szechuan (aussi orthographié Sichuan). À l'origine, le plat ne contenait pas de poivrons; ils ont été ajoutés par la suite.

Pour découvrir la version au TOFU et aux épinards, c'est ICI, sur ma page facebook.

Pour la marinade du poulet:

- 3 demi-poitrines de poulet, coupées en dés
- 1 c. à soupe de vin de riz (vin de Shaoxing)
- 1 c. à thé d'huile de sésame grillé

Pour la sauce:

- 2 c. à soupe de vin de Shaoxing
- 1 c. à soupe de sauce soya claire
- 1 c. à soupe de sauce soya foncée
- 2 c. à thé (cc) de sauce au piment (ou de piments séchés écrasés)
- 2 c. à soupe de sucre de canne
- 1 c. à thé (cc) de vinaigre de riz noir ou brun
- 60 ml de bouillon de volaille
- Quelques gouttes d'huile de sésame grillé
- Une bonne pincée de poivre de Szechuan

- Un gros poivron vert, en gros dés
- 1 ou 2 oignons verts, en tronçons
- 1 grosse gousse d'ail, passée au presse-ail
- 1 pouce de gingembre, râpé
- Huile végétale

- 1 c. à thé (cc) de fécule de maïs (maizena), délayée dans 1 c. à soupe d'eau froide

- 2 poignées d'arachides mondées, non salées





Mélanger le poulet, le vin de Shaoxing et l'huile de sésame et mettre de côté, au frais, une trentaine de minutes.

Mélanger les ingrédients de la sauce, goûter, rectifier au besoin et mettre de côté.

Dans une poêle, faire griller à sec les arachides à feu moyen-fort pour en dégager la saveur. Réserver.

Dans un wok ou dans une grande poêle, faire chauffer un peu d'huile végétale et faire revenir rapidement, à feu élevé, le poivron, les oignons verts, l'ail et le gingembre.  Retirer du wok et mettre de côté sur une assiette.

Ajouter un peu d'huile dans le wok et faire revenir le poulet jusqu'à ce qu'il soit bien cuit.  En cours de cuisson, arroser d'une c. à soupe de sauce soya claire.

Lorsque le poulet est cuit, remettre les légumes dans le wok et ajouter la sauce.  Tout de suite après, ajouter la fécule de maïs délayée dans l'eau et laisser épaissir.  Ajouter les arachides.

Retirer du feu et servir tout de suite, accompagné de riz au jasmin.

Vous avez essayé cette recette?  Faites-moi part de votre appréciation!